Ombre (Le Charognard I)

Ombre, K. J. Parker

Ombre, K. J. Parker

En refermant un livre, vous vous dites parfois : « J’ai bien fait de ne pas l’abandonner en cours de route ! » Ombre est un peu de cette sorte-là : un début lent, brouillon, qui conduit ensuite à une histoire menée tambour battant et à une intrigue bien mieux filée que ce que l’on était en droit de supposer.

Le résumé de la quatrième de couverture nous avait prévenus, ce bouquin commence dans les limbes.

Voici l’histoire d’un homme qui se réveille sans aucun souvenir et se persuade qu’en quelques petites pages, toute sa mémoire lui reviendra. Bien entendu, il n’en sera rien. Bref, notre héros se relève dans la boue et le sang, entouré de cadavres, avec une grosse bosse sur le front. Il pleut, la nuit commence à tomber, ses habits sont déchirés, il se sent malade et perdu. Après vingt pages de « Allez, ça va me revenir, je saurai dans un instant qui je suis », il rencontre une fausse prêtresse itinérante et décide de la suivre sous l’identité de Poldarn, le dieu sur le chariot, qui erre de village en village pour annoncer la fin du monde et délester les péquenauds superstitieux de leur argent. Puis tout dérape très vite car Poldarn découvre qu’il est un bretteur hors pair et qu’il possède un caractère des plus impatient. Aussi, quand un homme qui affirme le connaître refuse de lui révéler son nom dans la seconde, il en vient d’une manière ou d’une autre à le tuer. Ce qui n’aide pas à faire avancer l’intrigue…

D’un bout à l’autre de ce premier tome, la carte de l’amnésie est complètement assumée. On ne quittera l’esprit de Poldarn que pour suivre, de temps à autre, les excursions de Monach, un moine-bretteur à la recherche justement du dieu sur le chariot, et qui passe la quasi-totalité du roman sous la pluie. En dehors de ces quelques chapitres, le lecteur partage les pensées de l’amnésique, découvre l’univers mis en place par K. J. Parker en même temps que le personnage. Dans un premier temps, ça ne marche pas pleinement bien… En effet, Poldarn a tout à réapprendre et évolue parmi des hommes qui poursuivent leur quotidien et évoquent une immense quantité d’informations habituelles pour eux. Indications géographiques, personnalités locales, situations politiques d’aujourd’hui et d’autrefois… Poldarn, qui pose peu de questions, essaie de son côté de réarticuler tout ça, mais le début du roman ressemble à un capharnaüm. Ajoutez à cela une myriade de rêves, où le héros revit les temps forts de l’histoire du pays qu’il sillonne en incarnant différents hommes importants : il faudra attendre la fin du roman pour véritablement tous les comprendre. Difficile, de fait, de rentrer dans cet ouvrage, écrit dans une langue travaillée, détaillée mais qui n’aide pas, par sa complexité, à rendre le roman plus limpide.

Cependant, ne lâchons rien. Comme la plupart des œuvres mettant en scène des amnésiques, Ombre est un immense puzzle dont on finit tôt ou tard par rassembler les pièces. Quelle joie de se réveiller à l’un des derniers chapitres pour comprendre que le rêve apparemment hors contexte du début du bouquin relatait un épisode important de la vie du héros ! De plus, une fois Poldarn convaincu de ne plus retrouver la mémoire dans les prochaines secondes, le livre progresse bien plus facilement. Se succèdent des escarmouches, des batailles, des rencontres, des voyages, des chevaux volés, des boutons achetés par poignée, de l’or fondu et un paquet de révélations qui se font longtemps attendre – le tout raconté avec une bonne dose d’humour noir. Voilà, Ombre nous en donne pour tout le temps qu’on lui a consacré. Et plus encore, même, car ce premier tome trouve sa propre fin – certes – mais ne dit pas tout du héros. À vous, et à moi, de nous plonger dans Motif, second volet de cette curieuse série qu’est Le Charognard.

Ombre, K. J. Parker (2010, Bragelonne)

Une réflexion au sujet de « Ombre (Le Charognard I) »

  1. Humour noir, un amnésique aux réactions un peu trop spontanées, des péripéties, une langue travaillée…Mouais mouais mouais…Je l’ajoute à ma liste des « choses à lire » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *