La saga Entre Chiens et Loups

La sage Entre Chien et Loup, Malory Blackmann

La sage Entre Chiens et Loups, Malorie Blackman

J’ai découvert la trilogie de Malorie Blackman il y a de nombreuses années et pourtant, je la relie toujours avec autant d’intérêt, car elle me parait toujours aussi juste et «  d’actualité ».

L’originalité de cette trilogie repose en grande partie sur son univers de référence, une sorte de miroir inversé de notre société. En effet, dans le monde de Callum et Sephy,  ce sont les personnes noires, appelée les Prima,  qui sont au pouvoir, riches et toutes puissantes, tandis que les personnes blanches, les Nihil (d’un terme latin qui signifie « rien ») sont considérées comme des citoyens de seconde zone, méprisés et rendus coupables de tous les maux. La découverte de ce monde est donc un véritable choc culturel, néanmoins, cela entraine une véritable remise en question : cette disparité entre les personnes blanches et noires n’est-t-elle pas aussi absurde que celle que l’on peut effectivement rencontrer dans la réalité ?

L’autre point fort de cette trilogie réside également dans le caractère polyphonique du récit, qui propose les visions croisées des différents protagonistes vivant les mêmes événements. Cela permet ainsi au lecteur de dépasser une impression trop manichéiste qui aurait surement existé si l’histoire n’avait été narrée que du point de vue d’un seul personnage. En effet cette multiplicité des récits nous permet de comprendre qu’aucune action, aucune décision n’est simple, et l’on peut ainsi se rendre compte que finalement, la vie de chacun est intimement liée à celle des autres, qu’une mauvaise décision peut avoir des répercussions non seulement pour celui qui la prend, mais aussi pour les personnes qui le côtoient, et ce parfois même sur plusieurs générations.

Il est en effet question de différentes générations tout au long des trois romans, depuis les parents de Sephy et Callum, jusqu’à Calli Rose. Dans le premier tome, Entre Chien et Loup, l’intrigue est principalement centrée sur le couple Sephy / Callum qui ne sont alors que des ados, pris dans les problèmes de leurs familles respectives, entre le père de Sephy qui est un puissant politicien et la mère de Callum qui est l’ancienne nourrice de la jeune fille. Entre amour et haine, les deux jeunes gens se déchirent pour mieux se retrouver … jusqu’au point de non retour. 

Le deuxième tome, La Couleur de la haine, met l’accent sur un autre membre de la famille de Callum, son frère Jude qui est devenu un véritable terroriste anti Prima mais qui tombe malheureusement amoureux de l’une d’entre elle. Cruel dilemme pour celui qui entendait consacrer sa vie à venger sa famille … Ce tome est aussi l’occasion de faire la connaissance de Callie Rose, la fille de Sephy et Callum. On retrouve ensuite la jeune fille dans le troisième tome, Le Choix d’aimer, à peu près à l’âge qu’avait sa mère à l’époque du premier tome. Mais entre mère et fille, les relations sont tendues, voire explosives …

Un quatrième tome existe, mais je ne l’ai pas encore lu car j’avoue que je crains un peu d’être déçue. Il s’est écoulé tellement de temps entre la sortie du troisième tome et du quatrième que me suis demandé si l’auteur avait vraiment continué l’histoire parce qu’elle avait encore de quoi écrire ou s’il s’agit d’un geste purement commercial. D’où mon hésitation à lire Le Retour de l’Aube, car je ne voudrais pas achever cette saga sur une mauvaise impression.

Quoi qu’il en soit, je vous invite à découvrir ces romans qui sont à la base étiquetée « littérature pour adolescents » mais qui pourraient aussi séduire les adultes par les thèmes abordé, l’univers construit et la narration si originale. 

 Entre Chiens et Loups, La Couleur de la Haine, Le Choix d’Aimer, Le Retour de l’Aube, Malorie Blackman (Milan)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *