Dragon (l’Âge du feu I)

Dragon, E. E. Knight

Dragon, E. E. Knight

Encore une histoire de dragons, dira-t-on. Encore des elfes sylvains et des nains barbus, dira-t-on également. Un simple coup d’œil à la couverture de l’édition découverte, avec son dragon ailé et son grand titre en capitales dorées, nous fait d’emblée comprendre que ce roman ne sortira pas des sentiers battus de la fantasy anglo-américaine. Et pourtant, en dépit d’un univers imaginaire « banal », E. E. Knight tire assez joliment son épingle du jeu avec ce premier tome de L’Âge du feu.

Linéaire, le roman s’ouvre sur la naissance d’Auron, un petit dragon gris qui se distingue davantage par sa ruse que par sa force. Malin et féroce, le dragonnet prend le dessus sur ses frères et s’impose comme champion de sa couvée, seul héritier reconnu de son puissant père. Mais l’univers de Knight est sans pitié pour les dragons en voie d’extinction : des nains envahissent la caverne familiale, assassinent la famille d’Auron et l’obligent à fuir dans le monde d’En-Haut. Commence alors une très longue épopée. Auron traverse une partie de l’océan à la nage, chasse avec des loups, échappe à des chasseurs, travaille pour les nains, apprend les langues mortes aux côtés d’un vieux dragon… et grandit, grossit, de dragonnet devient draque, puis dragon ailé.

Rien d’extraordinaire dans ce récit, pourra-t-on reprocher. Mais la recette est bonne et bien cuisinée, quoique par moments l’histoire traîne un peu en longueur. Sans innover, Knight propose un récit efficace, bien construit, entremêlant peu à peu la biographie du dragon à l’histoire des pays que le reptile visite. L’auteur y ajoute une touche de documentaire, en décrivant soigneusement les différentes étapes de la croissance des dragons et les traits marquants de leur comportement. Ces petits détails, associés au caractère attachant d’Auron (dragon diplomate, rusé et curieux de tout), donnent à l’univers classique une jolie couleur et, même si on aimerait un peu plus de surprise ou d’invention, la lecture reste fluide et agréable. Dragon s’adresse assez clairement aux amateurs d’elfes, de nains et de reptiles cracheurs de feu, mais les chasseurs de trouvailles et de nouveautés passeront sûrement leur chemin.

Dragon, E. E. Knight (Milady, 2012)