Sept jours pour une éternité

Sept Jours pour une Eternité, Marc Levy

Sept Jours pour une Eternité, Marc Levy

Je vois arriver d’ici les détracteurs de Marc Levy, et je les respecte: après tout, si tout le monde aimait – ou détestait – la même chose, le monde serait bien ennuyeux. Mais je me souviens qu’en introduction d’un cours sur la littérature, une de mes prof de fac avait défini une œuvre littéraire comme étant, entre autre, une œuvre qui permet à son lecteur de s’évader, d’échapper à son quotidien et de rêver. Et c’est bien de cela qu’il s’agit : j’ai adoré Sept jours pour une éternité, ce livre m’a fait perdre le fil du temps réel et m’a transportée dans un autre univers.

Ce roman est avant tout une histoire d’amour, mais quelle histoire ! Improbable, celle du duel éternel du Bien contre le Mal, avec au final non pas une réponse catégorique, mais plutôt un bel équilibre. Certes, les personnages n’échappent pas aux clichés : la jeune femme qui est un Ange est littéralement angélique : blonde, les yeux bleus, d’une patience infinie et d’une bonté irréelle. Quant à l’homme qui incarne le Mal, il est bien sûr aussi séduisant que ténébreux, machiavélique et arrogant.

Malgré tout, je n’ai pas eu l’impression que l’intrigue sombrait dans la banalité : même s’ils sont stéréotypés, les personnages ne sont au final ni tout noir, ni tout blanc, et tour à tour ils s’essayent au « vice » de l’autre : le démoniaque Lucas tente de faire une bonne action pour la première fois de sa vie, tandis que Zofia accepte de regarder l’humanité dans tout ce qu’elle a de plus sordide sans intervenir. Malheureusement, on ne peut pas aller contre sa nature profonde. Et pourtant, en étant prêt à tout pour sauver celle qu’il aime, Lucas ne prouverait-il pas qu’il est aussi capable de faire preuve de courage et de bonté ? Et que dire de Zofia qui est prête à enfreindre les règles pour rester auprès de son âme sœur ?

Mais ce ne sont pas que les personnages principaux qui font le charme de ce roman, les personnages secondaires sont également très attachants, en particulier la logeuse de Zofia, une vieille dame qui a énormément voyagé et qui a acquis une expérience de la vie comme peu de personnes en ont. Sans oublier la meilleure amie de Zofia, un peu boulet, mais très lucide quand il s’agit de montrer à sa meilleure amie ce qu’elle préfère ignorer. Enfin le vieil homme des docks, un marginal un peu mystérieux, mais qui se révèle être une surprise très émouvante au final.

Une mention spéciale aussi pour les personnages de Dieu et de Satan, j’ai beaucoup aimé l’idée qu’ils soient représentés comme deux vieux amis qui cherchent simplement à savoir qui est le meilleur dans sa spécialité.

Enfin l’intrigue fait qu’il m’a été très difficile de lâcher ce livre. Comme le titre le laisse sous-entendre, il s’agit d’une véritable course contre la montre. Mais surtout, le lecteur ne peut que se demander comment les héros vont bien pouvoir s’en sortir : comment un Ange et un Démon pourraient-ils finir leurs jours ensemble impunément ? Comment faire lorsque ni l’un ni l’autre ne peut intégrer le monde et les valeurs de son alter égo ? Quoi qu’ils tentent, les personnages semblent toujours être condamnés à échouer. Et pourtant ….

Je conseillerais donc ce roman aux personnes qui ont envie de découvrir Marc Levy, mais aussi à celles qui ont simplement envie de passer un bon moment avec une histoire un peu légère mais pleine de rebondissements.

Sept Jours pour une Eternité, Marc Levy ( Robert Laffont 2003)